SOPK et perte de cheveux – Les thérapies naturelles peuvent restaurer les cheveux du cuir chevelu

La perte excessive de cheveux dans le cuir chevelu est un grave problème pour l’image de soi et le statut de la femme dans les affaires et la société. Bien que nous considérions généralement la calvitie comme un problème masculin, les femmes en Amérique du Nord représentaient 40% de la perte de cheveux excessive. Syndrome des ovaires polykystiques: de nombreuses femmes perdant des poils importants sur leur cuir chevelu. Des thérapies naturelles sûres, efficaces et qui traitent les déséquilibres hormonaux liés au SOPK restaureront également vos cheveux pour une santé optimale. Je suis ravi de vous proposer ces outils indispensables pour vous aider à restaurer vos cheveux et votre santé.

Les femmes en perte de cheveux perdent rapidement du terrain dans le monde d'aujourd'hui. Au travail et dans sa vie personnelle, l'apparence d'une femme a beaucoup à voir avec son succès financier et social. Les hommes peuvent aussi préférer ne pas devenir chauve. Mais comme on sait que la calvitie est causée par des taux élevés de testostérone, on peut attribuer à un homme chauve une extra virilité. Il n’ya pas d’histoire si heureuse pour les femmes chauves. L'apparition de cheveux clairsemés sur le cuir chevelu se traduit par une perte importante de pouvoir personnel chez les femmes.

La communauté médicale en général considère la perte de cheveux des femmes comme un problème de santé mineur. La plupart des médecins sont peu enclins à gérer la détresse émotionnelle que vous ressentez. Dans de nombreux cas, les médecins traitent la calvitie comme s’il s’agissait «seulement» d’un problème de vanité; ils peuvent ne pas reconnaître la perte de cheveux comme un drapeau rouge indiquant des troubles métaboliques graves, y compris le SOPK.

La douleur psychologique de la perte de cheveux et son effet sur notre sentiment d'autonomisation sont aussi dévastateurs que toute maladie défigurante. Si vous êtes une femme chauve, votre perte de cheveux est une maladie qui bouleverse la vie et qui a de profondes conséquences pour votre santé. Mettre la main sur le volant et chercher une solution à la perte de cheveux est la première étape pour raviver votre sentiment de force et de puissance personnelles. Si la perte de cheveux fait partie du SOPK, les efforts que vous déployez pour rétablir votre santé physique permettront également de renouveler la croissance des cheveux.

Vous avez besoin de l'aide d'un expert pour bien diagnostiquer la cause de votre perte de cheveux. La perte de cheveux qui aurait pu être simplement temporaire peut devenir permanente si votre diagnostic est retardé ou incorrect. Les erreurs de diagnostic sont peut-être l'aspect le plus frustrant de la perte de cheveux chez les femmes. Les informations que je présente ici vous aideront à identifier la cause de votre perte de cheveux et vous orienteront idéalement, vous et vos médecins, vers les traitements appropriés à votre type de perte de cheveux, le plus tôt possible.

L'alopécie est le terme médical désignant la perte de cheveux excessive ou anormale. Il existe différents types d'alopécie. La perte de cheveux, que ce soit chez l'homme ou la femme, a un point commun: elle est toujours le symptôme de quelque chose qui ne va pas. Vos cheveux resteront sur votre tête, là où ils appartiennent, si un déséquilibre hormonal, une maladie ou une autre maladie ne se produit pas. Cette condition peut être aussi simple que d'avoir un gène qui vous rend susceptible à la calvitie masculine ou féminine. Ou il peut être aussi complexe que toute une série de maladies. La perte de cheveux peut être le symptôme d'un événement à court terme tel que le stress, la grossesse ou un effet secondaire de certains médicaments. Dans ces situations, les cheveux repoussent lorsque l'événement est passé. Des substances, notamment des hormones et des médicaments, peuvent modifier les schémas de croissance des cheveux. Lorsque cela se produit, la croissance et l'excrétion se produisent en même temps. Une fois que la cause est traitée, les cheveux retrouvent leur structure aléatoire de croissance et de perte, et la calvitie cesse.

L'alopécie: un problème commun

Aujourd'hui, plus de femmes que jamais connaissent une perte de cheveux – et les causes sont généralement très différentes de celles qui causent la calvitie chez les hommes. Selon l'American Academy of Dermatology, quelque 30 millions de femmes aux États-Unis connaissent une certaine perte de poils sur le cuir chevelu. Les causes les plus courantes de perte de cheveux du cuir chevelu chez les femmes peuvent inclure:

Carence en minéraux ou en vitamines – zinc, manganèse, fer, vitamine B6, biotine

Carence en acides gras essentiels provenant d'un régime hypocalorique ou de troubles de l'alimentation

Carence en protéines, comme il est courant dans les régimes végétariens

Anémie causée par un régime pauvre en fer, une mauvaise digestion ou une perte de sang excessive

Troubles de l'alimentation, comme l'anorexie, la boulimie, même les régimes «yo-yo»; aussi exercice physique compulsif ou excessif

Toxicité médicamenteuse, par exemple anesthésie avec chirurgie ou chimiothérapie pour le cancer

La perte de cheveux est un effet secondaire potentiel de nombreux médicaments sur ordonnance, notamment la bromocriptine, les bêta-bloquants, les inhibiteurs de l'ECA, les amphétamines et les agents anticholestérol

Infections sévères, virales ou bactériennes

Stress sévère, événement extrême soudain ou défis persistants à long terme

Tout trouble hypothalamique ou hypophysaire

Tout trouble du foie, de la glande thyroïde, de la glande surrénale ou de l'ovaire, y compris le SOPK

Tout déséquilibre stéroïdien sexuel, tel qu'une progestérone faible, une dominance en œstrogènes, un excès de testostérone ou d'insuline

Démarrer ou arrêter un traitement hormonal, y compris la pilule contraceptive, le traitement hormonal substitutif de la ménopause ou le traitement hormonal substitutif de la thyroïde

Tout événement naturel qui provoque de grands changements hormonaux, comme la naissance d'un enfant, l'allaitement au sein et le sevrage ou la ménopause

Permanentes, couleur des cheveux, eau de javel, brossage / peignage inapproprié, tirant sur les cheveux

Maladie auto-immune telle que le lupus ou la sclérose en plaques

Allergies aux aliments, aux médicaments, aux produits chimiques présents dans l'environnement ou aux drogues topiques

Hépatite B récente Si vous avez reçu un vaccin contre l'hépatite B depuis le début de la chute de vos cheveux, il pourrait y avoir un lien. Un article du Journal de l'American Medical Association (278: 117-8, 1997) associe le vaccin anti-hépatite B à l'augmentation de l'incidence de l'alopécie chez les femmes.

Comment une femme peut-elle comprendre pourquoi elle perd trop de ses cheveux? Pour comprendre cela, il est important de comprendre comment les cheveux poussent.

Les cheveux poussent dans les cycles

Les cheveux du cuir chevelu se développent d'environ un demi pouce par mois. Une mèche de cheveux va pousser pendant deux à six ans. Finalement, chaque cheveu "repose" pendant un moment, puis tombe. Peu de temps après, ce follicule commencera à former un nouveau brin. Un cuir chevelu sain laissera tomber environ 100 de ces cheveux chaque jour.

Chez les personnes ayant une prédisposition génétique à la perte de cheveux et chez les femmes atteintes du SOPK, des hormones appelées androgènes dirigent ce processus. Les hormones androgènes comprennent la testostérone, l'androsteinedione et la dihydrotestostérone (DHT). Les hommes fabriquent et utilisent des quantités relativement importantes d'androgènes. De petites quantités appropriées d’androgènes sont également essentielles à la santé des femmes.

Chez ceux qui sont génétiquement prédisposés, la testostérone active les enzymes produites dans la cellule ciliée, ce qui la convertit ensuite en DHT, un androgène plus puissant. La DHT se lie ensuite aux récepteurs situés profondément dans le follicule pileux. Finalement, tellement de DHT s'accumule que le follicule commence à se contracter. Il ne peut pas produire de nouveaux cheveux de manière fiable. Certains follicules cessent en permanence de produire de nouveaux poils. Le résultat final est une perte de cheveux importante. Le terme médical pour cette condition est l'alopécie androgénique. La testostérone se convertit en DHT à l'aide de l'enzyme Type II 5-alpha réductase, qui est maintenue dans les glandes sébacées du follicule pileux. En fait, le problème ne réside pas dans la quantité de testostérone en circulation, mais dans la quantité de DHT qui obstrue et rétrécit les follicules du cuir chevelu, empêchant des cheveux en bonne santé de survivre.

Le processus de conversion de la testostérone en DHT, qui nuit ensuite aux follicules pileux, se produit chez les hommes et les femmes. Habituellement, les femmes ont une infime fraction de la quantité de testostérone produite par les hommes. Il semble que pour les femmes atteintes de perte de cheveux, le niveau réel de testostérone n’est pas aussi crucial que les modifications de la quantité de testostérone dont elle dispose. Un changement dans les niveaux d'hormones déclenché par le mode de vie ou d'autres facteurs entraînera une perte de cheveux induite par DHT chez les femmes. Même lorsque les taux sanguins d'hormones demeurent dans les limites de ce que les médecins considèrent comme «normal», ils peuvent devenir suffisamment élevés pour causer un problème à une femme en particulier. Les niveaux peuvent ne pas augmenter du tout et restent un problème si vous êtes très sensible aux niveaux même normaux de produits chimiques, y compris les hormones.

Parce que nos hormones fonctionnent selon un système de rétroaction délicatement équilibré, avec des signaux envoyés via le sang entre le cerveau et les tissus corporels, il n'est pas nécessaire d'augmenter les androgènes pour déclencher un problème. Si les soi-disant hormones féminines (qui sont également essentielles à la santé des hommes) changent pour une raison quelconque par rapport aux androgènes, le déséquilibre qui en résulte peut également causer des problèmes, y compris la perte des cheveux.

Les hormones changent constamment. Les taux de testostérone chez les hommes chutent jusqu'à 10% par décennie après l'âge de trente ans. Les niveaux d'hormones des femmes changent avec chaque cycle menstruel, ou en raison d'un manque de règles régulières, pendant la grossesse et la ménopause. Les troubles de l'alimentation, l'exercice excessif, les médicaments et les toxines environnementales peuvent également avoir une incidence sur les niveaux d'hormones.

Clés du traitement réussi

Le traitement des cheveux clairsemés du cuir chevelu doit être fondé sur la modification des habitudes de prise en charge d’androgènes élevés. Le régime alimentaire et l'exercice sont essentiels au maintien d'un équilibre hormonal optimal. En fait, la recherche est claire pour les femmes atteintes du SOPK: il n’existe pas de traitement médicamenteux plus efficace qu’un régime approprié et un exercice régulier. Tout d’abord, vous réglez vos habitudes de santé fondamentales; alors, les thérapies spécifiques ciblées ont les meilleures chances d’être efficaces pour vous.

Les femmes atteintes du SOPK peuvent également avoir un excès de poils foncés sur le visage et le corps. Le seul moyen de s’attaquer aux cheveux noirs et épais qui se développent à partir de follicules qui ont déjà été altérés par un excès d’androgènes est de détruire le follicule avec une thérapie au laser ou similaire. Une fois qu'un follicule a changé le type de cheveux qu'il produit, il ne reviendra pas. Il est essentiel d’apprivoiser les androgènes en excès et d’empêcher la conversion de follicules supplémentaires avant d’investir dans un traitement visant à détruire définitivement les follicules pileux du visage ou du corps.

Quelles sont les causes des femmes perdre trop de cheveux?

Pendant longtemps, les médecins ont pensé que l’alopécie androgénique était la principale cause de calvitie chez les hommes et les femmes. Nous savons maintenant que le processus qui conduit à la perte de cheveux excessive chez les femmes est différent. C'est ce qu'on appelle la perte de cheveux chez les femmes.

Une différence importante entre la calvitie masculine et féminine est le motif de la chute des cheveux. La perte de cheveux chez les femmes a tendance à se produire sous forme d’amincissement général de l’ensemble du cuir chevelu, y compris les côtés et le dos. Les hommes perdent leurs cheveux à certains endroits, comme la tempe, la calotte, cette tache chauve à l'arrière de la tête. Les sites des récepteurs hormonaux et enzymatiques masculins et féminins se trouvent également dans différentes zones du cuir chevelu, ce qui entraîne différents modèles de perte de cheveux liés au sexe.

Une deuxième différence majeure est que la calvitie chez les hommes est généralement due à la génétique et à l'âge de l'homme, mais chez les femmes, la calvitie peut survenir à tout âge.

Choix de mode de vie, maladie et traitements médicaux causent la perte de cheveux

La plupart des femmes atteintes de perte de cheveux ont de multiples caractéristiques qui contribuent au mode de vie, au régime alimentaire et aux événements liés à la santé. Les fluctuations des hormones sexuelles sont responsables de la perte de cheveux chez la femme, y compris celles qui souffrent du SOPK, d’une grossesse récente, de la ménopause, d’un traitement hormonal substitutif ou des effets indésirables des médicaments anticonceptionnels. La chimiothérapie anticancéreuse, les anticoagulants, l’anémie ferriprive, les maladies auto-immunes peuvent provoquer la chute des cheveux. Toute maladie impliquant des glandes productrices d'hormones, y compris la thyroïde, les glandes surrénales et l'hypophyse peut déclencher la calvitie chez les femmes. Il est essentiel que toutes les femmes apprennent la véritable cause de leur perte de cheveux avant de suivre un traitement en particulier.

Les modifications hormonales complexes qui accompagnent le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) entraînent souvent une perte de cheveux sur le cuir chevelu. Parfois, la perte de cheveux est le premier signe qu'une femme souffre d'un trouble métabolique qui cause également des problèmes d'acné, de croissance des poils du visage et du corps, de cycles menstruels irréguliers et d'infertilité. Le SOPK est associé à un risque accru de maladie cardiaque, de diabète de type 2 et de certains cancers.

Les troubles thyroïdiens, l'anémie, les maladies chroniques ou l'utilisation de certains médicaments, en particulier de toute forme de traitement hormonal substitutif ou de prescription contraceptive, devraient être considérés comme une cause possible de la perte de cheveux chez les femmes. Les troubles auto-immuns entraîneront une perte de cheveux quelque peu différente, souvent moins spectaculaire, appelée alopécie areata – une maladie inflammatoire dans laquelle les cheveux apparaissent en touffes ou en plaques.

Toute baisse des taux d'œstrogènes, comme ce qui se passe après la grossesse, à la ménopause ou lorsque vous modifiez votre traitement hormonal, y compris l'utilisation de la pilule contraceptive, provoquera ce que l'on appelle l'alopécie œstrogénique. Contrairement à la testostérone, l'œstrogène aide les cheveux du cuir chevelu à se développer plus rapidement et à rester sur la tête plus longtemps, ce qui permet d'obtenir des cheveux plus épais. C'est la raison pour laquelle les cheveux des femmes s'épaississent pendant la grossesse lorsque les niveaux d'oestrogène sont assez élevés, puis tombent plusieurs semaines après la naissance du bébé.

Pour les femmes qui ne présentent pas de modifications hormonales liées à la fertilité, la perte de poils du cuir chevelu par carence en œstrogènes commence généralement vers la ménopause. Cette forme de perte de cheveux chez la femme peut être le premier signe d'une ménopause imminente. Parfois, l'alopécie ne commence que quelques mois, voire quelques années, après la fin des menstruations. L'alopécie n'est pas visible chez toutes les femmes après la ménopause, mais la plupart ont un peu d'amincissement.

Il n'est pas rare que de nombreux facteurs soient impliqués dans la perte de cheveux chez les femmes. De nombreuses femmes atteintes du SOPK ont des problèmes de thyroïde, généralement une hypothyroïdie (insuffisance thyroïdienne). L’hypothyroïdie contribue non seulement aux problèmes de poids, mais aussi à la perte de cheveux. Certaines femmes atteintes du SOPK ont à la fois un taux de testostérone excessivement élevé et une thyroïde sous active.

Si vos cheveux sont clairsemés, vous pouvez avoir des métaux lourds comme le plomb, le mercure ou le cadmium dans vos tissus. Ces résidus toxiques saturent notre environnement. Si vous avez habité près de ce qui est, ou a déjà été un site industriel ou minier, ou si vous avez vécu avec une personne qui travaille dans une industrie polluante, vous risquez d'être contaminé. Si vous avez déjà fumé du tabac, votre corps contient beaucoup de cadmium.

La majorité des femmes atteintes d'alopécie androgénique ont un amincissement diffus sur toutes les zones du cuir chevelu. Certaines femmes peuvent avoir une combinaison de deux types de motifs. L'alopécie androgénique est causée par divers facteurs liés aux actions des hormones, notamment le SOPK, l'utilisation de contraceptifs, la grossesse et la ménopause. Tout déséquilibre glycémique et hormonal insuline entraînera un excès d’androgènes. Les androgènes ont plus d'impact sur les femmes présentant une résistance à l'insuline, résultant d'une consommation excessive d'aliments glucidiques raffinés. La résistance à l'insuline est associée au SOPK ainsi qu'au diabète de type 2. Le stress chronique qui épuise les glandes surrénales peut également modifier les niveaux d'androgènes produits par une femme. C’est souvent la source de problèmes tels que l’infertilité, l’acné et la perte de cheveux chez les femmes minces et sportives atteintes de SOPK. L'hérédité peut jouer un rôle dans l'alopécie androgénique.

Tout événement important tel que l'accouchement ou l'allaitement, la malnutrition résultant d'une modification de votre régime alimentaire, d'une infection grave, d'une intervention chirurgicale grave ou de tout stress extrême peut soudainement déplacer une bonne partie des quelque 90 pour cent de vos cheveux en phase de croissance ou de repos dans la phase de perte. Vous verrez ce changement dans le taux de perte de cheveux de six semaines à trois mois après l'événement stressant. C'est ce qu'on appelle l'effluvium télogène. Il est possible de perdre de grandes quantités de cheveux chaque jour grâce aux effluvions télogènes à part entière. Habituellement, ce type de perte de cheveux est réversible si les facteurs de stress majeurs sont évités. Pour certaines femmes cependant, les effluves de telogen sont un mystérieux désordre chronique et peuvent persister pendant des mois, voire des années, sans jamais identifier complètement tous les facteurs déclencheurs.

Les effluvions d’anagène surviennent lorsque les cellules du follicule pileux sont tellement endommagées qu’elles ne peuvent ni récupérer ni se reproduire. Cela est généralement dû à la toxicité de la chimiothérapie pour le cancer. La chimiothérapie est destinée à détruire les cellules cancéreuses se divisant rapidement. Les follicules pileux en phase de croissance (anagène) sont donc vulnérables. Effluvium anagène signifie que la tige du cheveu se rétrécit à la suite d'une lésion du follicule. La tige se brise au rétrécissement et provoque la perte de cheveux.

L'alopécie de traction est un dommage causé par les coiffures qui tirent sur les cheveux au fil du temps (tressage, cornrows, queue de cheval, rallonges). Si la condition est détectée suffisamment tôt, vous pouvez modifier votre pratique de coiffage pour qu'elle soit plus douce pour les follicules et que vos cheveux repoussent.

Les contraceptifs hormonaux sont l'une des principales causes de perte de cheveux et de symptômes douloureux chez les femmes. Depuis que la pilule contraceptive a été utilisée pour la première fois en 1960, les contraceptifs oraux, les injections, les implants, les timbres pour la peau et les anneaux vaginaux sont devenus les formes de contrôle des naissances les plus couramment prescrites.

Malheureusement, beaucoup de jeunes femmes reçoivent des hormones contraceptives même lorsqu'elles ne sont pas sexuellement actives, en tant que «traitement» des règles irrégulières ou de l'acné. C'est une erreur. Ce traitement ne s'attaque pas à la cause sous-jacente des périodes à problèmes ou des boutons. Les hormones contraceptives compliquent gravement l'équilibre hormonal de la femme et peuvent entraîner de nombreux problèmes de santé, notamment une perte de cheveux importante et une aggravation de l'acné.

Tous les médicaments contraceptifs utilisent des hormones synthétiques pour supprimer l’ovulation. Ces médicaments provoquent l'arrêt des ovaires; ils sont dans une sorte d'état de "sommeil". Au lieu que vos cycles naturels résultent d'une danse de signaux entre votre corps et votre cerveau, vos tissus sont soumis à des hormones synthétiques en quantités beaucoup plus grandes que celles que votre corps produit normalement. La suppression ovarienne a de nombreuses conséquences à long et à court terme. La plupart des femmes subissent des effets indésirables liés à l’utilisation de médicaments contraceptifs, notamment une perte de cheveux au cours des semaines, des mois ou des mois qui suivent l’arrêt du traitement.

Un article paru dans le Journal de l'American Medical Association (278: 117-8, 1997) liait le vaccin anti-hépatite B à une incidence accrue de la calvitie chez les femmes.

Test de diagnostic

Afin de traiter avec succès la perte de cheveux, il est essentiel de comprendre pourquoi vos follicules pileux ne sont pas en bonne santé. Il existe des tests de diagnostic qui peuvent aider à identifier la biochimie sous-jacente qui contribue à votre perte de cheveux excessive. Cependant, de nombreuses femmes présentant des déséquilibres chimiques significatifs liés à la perte de leurs cheveux constateront que ces résultats de test se situent dans la plage "normale". En effet, dans de nombreux cas, la perte de cheveux représente une phase de mauvaise santé qui est une phase précoce d’une maladie qui se développera éventuellement à terme. Les habitudes de vie et les habitudes alimentaires à l'origine du diabète de type 2 et des maladies cardiaques entraîneront également un amincissement des cheveux et un épaississement des poils du visage chez les jeunes femmes. Il s'écoule généralement de nombreuses années avant que ces mêmes femmes ne subissent des tests de diagnostic révélant qu'elles sont diabétiques ou atteintes de coronaropathie. Beaucoup de ces femmes ont un SOPK non diagnostiqué.

La sensibilité sélective est le problème sous-jacent

Une autre raison pour laquelle les tests de diagnostic peuvent être source de confusion est due à quelque chose appelé «sensibilité sélective» ou «résistance sélective». Il s'avère que certaines cellules du corps sont plus sensibles que d'autres à la même quantité d'hormone. Un facteur de complication majeur pour certaines femmes est que, même si ses muscles et sa graisse peuvent être résistants à l’insuline, les autres types de cellules organiques ne le sont pas. L'hypophyse, les ovaires et les glandes surrénales d'une femme résistante à l'insuline sont stimulés par des taux d'insuline supérieurs à ceux souhaitables, ce qui entraîne par exemple une élévation du taux de testostérone. Les niveaux élevés d'androgènes augmentent à leur tour le risque de maladie cardiaque, de diabète et de certains cancers.

Malgré ces difficultés éventuelles, il est important de faire de notre mieux pour déterminer ce qui est ou non la cause d'un symptôme majeur tel que la perte de cheveux persistante. Les tests de diagnostic permettant d’identifier la source de votre déséquilibre métabolique sont les suivants:

Le test de traction capillaire est un test diagnostique simple dans lequel le médecin tire légèrement une petite quantité de cheveux (environ 100 simultanément) afin de déterminer s’il ya une perte excessive. La plage normale est de zéro à trois cheveux par traction.

Niveaux hormonaux: déhydroépiandrostérone, testostérone, androstènedione, prolactine, globuline liant les hormones sexuelles, hormone stimulant le follicule et hormone lutéinisante. Il est idéal d’échantillonner FSH et LH du 19 au 21e jour de votre cycle menstruel, si ces jours peuvent être identifiés.

Glycémie à jeun et taux d'insuline, cholestérol et triglycérides

Une numération globulaire complète ainsi que la capacité de liaison au fer sérique, à la ferritine et au fer total

Hormone stimulante de la thyroïde plus un panel de fonctions thyroïdiennes comprenant l'absorption de T3, T4 et T3%

VDRL pour dépister la syphilis

Une biopsie du cuir chevelu doit être effectuée avant de choisir une greffe chirurgicale

Densitométrie, un dispositif de grossissement, utilisé pour vérifier la contraction de la tige du cheveu.

Traitements médicaux conventionnels pour la perte de cheveux

Vous pouvez être très intéressé par les traitements médicamenteux de la chirurgie pour traiter la profonde détresse de la perte de cheveux excessive. C'est simplement la nature humaine d'espérer une simple pilule ou une procédure qui nous permettra de nous libérer définitivement de nos problèmes. Malheureusement, les médicaments ne constituent jamais une solution simple. Une fois que vous avalez un produit chimique, celui-ci est distribué partout dans votre corps; cela affecte tout votre corps. Nous ne pouvons pas contrôler les médicaments, ils ont seulement les effets que nous souhaitons – il y a toujours des effets secondaires plus ou moins problématiques. Utiliser un traitement médicamenteux, c'est échanger un problème contre d'autres. Parfois, c'est exactement la bonne chose à faire. D'autres fois, c'est un désastre personnel. La plupart des médicaments agissent sur tous vos tissus, il existe un risque d'effets secondaires pouvant nuire davantage à votre santé. Les traitements topiques appliqués directement sur le cuir chevelu utilisent les doses les plus faibles et constituent le choix de médicament le moins nocif.

Vous obtiendrez les meilleurs résultats lorsque vous commencerez un traitement dès que possible après le début de la perte de cheveux. En cessant les effets indésirables des androgènes, vous éviterez davantage de perte de cheveux. Et vous pouvez soutenir la repousse des follicules qui étaient en sommeil, encore en bonne santé. En fonction du mode d'action de l'agent de votre choix, l'arrêt du traitement entraînera la reprise de la perte de cheveux, à moins que vous n'ayez également apporté d'autres modifications à votre mode de vie qui maintiennent les androgènes à un niveau sain et sans danger pour vous.

Vous trouverez ci-dessous une liste des traitements actuellement utilisés pour traiter la perte de cheveux chez les femmes. Certains de ces médicaments n'ont pas été approuvés par la FDA pour cette application particulière, mais ils ont tous été approuvés pour d'autres applications et sont utilisés "hors étiquette" pour traiter la perte de cheveux. Actuellement, 2% de Minoxidil topique est le seul traitement approuvé par la FDA spécifiquement pour la perte de cheveux selon le modèle féminin.

L'efficacité de ces agents et méthodes variera d'une femme à l'autre, mais de nombreuses femmes ont constaté que l'utilisation de ces traitements avait eu une influence positive sur le caractère de leurs cheveux et leur estime de soi positive. Comme toujours, les traitements ont les meilleures chances d’être efficaces s’ils sont adaptés à la cause de la chute des cheveux et au déclenchement de leur croissance.

L’œstrogène et la progestérone comme traitement hormonal substitutif (THS), généralement prescrits aux femmes ménopausées pour quelque raison que ce soit, constituent probablement la forme la plus courante de traitement systémique de l’alopécie androgénique chez les femmes.

Les contraceptifs oraux vont diminuer la production d'androgènes ovariens et peuvent donc être utilisés pour traiter l'alopécie androgénique des femmes. Il existe de bonnes raisons d'éviter l'utilisation de traitements hormonaux synthétiques ou bio-identiques pour la perte de cheveux. Certaines pilules contraceptives contribuent en fait à la chute des cheveux en les déclenchant ou en les augmentant une fois que cela a été déclenché par autre chose. Toute femme peut avoir une sensibilité sélective à n’importe quelle combinaison d’hormones – ce qui est une préparation à faible effet androgène pour une femme peut être un effet élevé pour les androgènes chez une autre.

Je ne suis plus en mesure de recommander l'utilisation de pilules contraceptives ou d'autres contraceptifs hormonaux aux jeunes femmes. Des décennies de preuves suggèrent qu'il existe de nombreux risques pour la santé connus, et peut-être encore inconnus, associés à l'utilisation de TOUTES les hormones reproductives, qu'elles soient délivrées sur ordonnance ou en vente libre. Il est clair que les avantages des contraceptifs hormonaux sont associés à des risques importants, notamment qu’il est beaucoup plus probable que la femme connaisse des déséquilibres hormonaux entraînant une longue liste d’effets négatifs. Le remplacement d'hormones vous met à risque:

Dépression ou autres troubles de l'humeur; diminution de la libido

Migraines et maux de tête

Bosses de poitrine, tendresse et élargissement

Saignements vaginaux entre les règles

Hypertension artérielle

Taux de cholestérol élevé

Caillot de sang dans la jambe, ressenti comme: douleur au mollet; crampes dans les jambes; gonflement des jambes ou des pieds

Caillot de sang dans les poumons, ressenti comme: essoufflement; douleur thoracique aiguë; tousser du sang

Crise cardiaque, ressentie comme: douleur thoracique ou lourdeur

Perte soudaine de vision ou de changements de vision pouvant être le signe d'un caillot sanguin dans l'œil

Accident vasculaire cérébral (accident vasculaire cérébral): troubles de la vue ou de la parole; faiblesse ou engourdissement dans un membre; Maux de tête sévères

Lésions hépatiques, considérées comme: yeux ou peau jaunes; urine foncée; douleur abdominale

Réaction allergique: éruption cutanée; urticaire; démangeaisons; gonflement; difficulté à respirer ou à avaler

Acné

Ballonnements, nausées et vomissements

Des changements dans vos yeux qui rendent plus difficile le port de lentilles de contact

Si vous avez choisi une prescription d'hormones pour quelque raison que ce soit, veillez à utiliser uniquement des méthodes à faible teneur en androgènes. Si vous avez une forte prédisposition à la perte de cheveux génétique, à la résistance à l'insuline, au diabète, aux maladies cardiaques ou à tout cancer de l'organe féminin de votre famille, je vous recommande fortement d'utiliser une autre forme de contrôle des naissances non hormonale.

Vous trouverez ci-dessous une liste de pilules contraceptives allant du plus faible indice d'androgène au plus élevé:

Desogen, Ortho-Cept, Ortho-Cyclen, Ortho Tri-Cyclen, Micronor, Nor-Q D, Ovcon-35, Brevicon / Modicon, Ortho Norvum 7/7/7, Ortho Novum 10-11, Tri-Norinyl, Norinyl et Ortho 1/35, Demulen 1/35, Triphasil / Tri-Levien, Nordette, Lo / Ovral, Ovrette, Ovral, Loestrin1 / 20, Loestrin 1,5 / 30.

Les contraceptifs hormonaux suivants ont un potentiel important de perte de cheveux ou d’aggravation:

Les implants à progestatif, tels que Norplant, sont de petites tiges implantées chirurgicalement sous la peau. Les bâtonnets libèrent une dose continue de progestatif pour prévenir la fonction ovarienne.

Des injections de progestatif, telles que le Depo-Provera, sont administrées dans les muscles de la partie supérieure du bras ou des fesses.

Le patch cutané (Ortho Evra) est collé sur votre épaule, vos fesses ou à un autre endroit. Il libère continuellement un progestatif et des œstrogènes pour empêcher vos ovaires de produire des cycles normaux.

L'anneau vaginal (NuvaRing) est un anneau flexible inséré dans le vagin. Cette méthode libère les plus faibles quantités de progestatif et d’œstrogène.

Traitement topique Minoxidil 2% – Le Minoxidil semble être plus efficace pour les femmes que pour les hommes, pour augmenter la croissance des poils du cuir chevelu. Les fabricants de minoxidil recommandent aux femmes d’utiliser 2% de minoxidil. Il existe une solution à 5% disponible qui a été testée et jugée suffisamment sûre pour les hommes. Parce que les fabricants de minoxidil n’ont pas investi dans les dépenses d’obtention de l’autorisation de la FDA pour promouvoir le minoxidil à 5% destiné aux femmes, il doit être prescrit et utilisé sous la supervision d’un médecin. De petits essais cliniques sur le minoxidil à 5% pour femmes montrent que la solution à 5% est en réalité plus efficace à la fois pour retenir et régénérer les cheveux que pour la solution à 2%.

La spironolactone (Aldactone) est un diurétique à base de potassium utilisé pour traiter l'hypertension artérielle et le gonflement. La spironolactone ralentit la production d'androgènes dans les glandes surrénales et les ovaires. Il empêche la DHT de se lier aux sites récepteurs dans les follicules pileux.

La cimétidine (Tagamet) est un antihistaminique approuvé pour traiter les ulcères du tube digestif. Il empêche l'estomac de produire des enzymes digestives. La cimétidine empêche également la DHT de se lier aux sites récepteurs du follicule pileux.

L'acétate de cyprotérone est utilisé pour réduire l'agression sexuelle chez les hommes. L'acétate de cyprotérone bloque la DHT au niveau des récepteurs du follicule pileux. Il a une toxicité significative et des effets secondaires à long terme et n'est pas disponible aux États-Unis.

Le kétoconazole est un traitement topique sur ordonnance. Il est principalement utilisé comme antimicrobien pour traiter les champignons de la peau. Il inhibe la production d'androgènes par les glandes surrénales, les testicules et les ovaires. Le shampooing Nizoral contient 2% de kétoconazole. Il existe une version en vente libre. Il contient 1% d'ingrédient actif et n'est pas aussi efficace que la force de prescription.

Le finastéride est un médicament qui inhibe l'enzyme 5-alpha réductase, une enzyme qui désactive la DHT. Il est vendu comme Proscar pour traiter l'élargissement de la prostate chez les hommes. Vendu comme Propecia, il est approuvé par la FDA pour la calvitie masculine. Les femmes ne devraient pas le prendre si elles sont enceintes ou pourraient devenir enceintes en raison du risque d'effets de féminisation sur le fœtus masculin.

Implants chirurgicaux

Étant donné que la chirurgie de restauration capillaire est une option pour la grande majorité des hommes chauves, les femmes voudront peut-être l’envisager. Cependant, le type de perte de cheveux dont souffrent la plupart des femmes rend les greffes de cheveux une mauvaise idée.

Peu de femmes ont le type de perte de cheveux qui en fait de bons candidats pour une solution chirurgicale. La plupart des hommes perdent leurs cheveux dans des zones bien définies, par exemple le front en retrait ou la tache ronde classique sur le dessus du crâne. De petites touffes de cheveux ou des mèches de cheveux sont retirées des zones où les follicules en bonne santé sont stables et abondantes et sont ensuite transplantées dans d'autres zones de la tête. Les femmes subissent plus souvent un amincissement général du cuir chevelu, y compris les côtés et le dos. La plupart des femmes ont peu de sites donneurs stables de manière fiable. Offrir de greffer des poils provenant de sites donneurs instables est contraire à l'éthique médicale et les femmes ne doivent pas laisser leur détresse au sujet de la calvitie gêner la réflexion sur les raisons qui sous-tendent les options de traitement proposées.

Des femmes sont-elles de bonnes candidates à la greffe de cheveux? Oui un peu. Un petit pourcentage, 2% à 5% des femmes auront le type de perte de cheveux qui bénéficiera de ce type de procédure. Elles sont:

Les femmes qui ont subi une perte de cheveux due à des causes non hormonales, telles que l'alopécie de traction.

Les femmes qui ont des cicatrices au cuir chevelu à la suite d'une blessure ou d'une chirurgie esthétique et qui souhaitent réparer la perte de cheveux autour des sites d'incision ou de blessure.

Les femmes qui ont des sites de donneurs sains et stables ainsi que la calvitie dans un schéma distinct, comme une chevelure en recul ou un amincissement tout en haut de la tête.

Remèdes naturels pour la perte de cheveux des femmes

Des thérapies naturelles sûres et efficaces sont disponibles pour vous aider à rétablir la santé du cuir chevelu et à augmenter la croissance des cheveux. Comme toutes les thérapies naturelles, pour être efficace au maximum, il est essentiel de travailler avec vous en tant qu'individu. Certains remèdes vous seront plus utiles que d’autres, en fonction de votre état de santé physique, mental et émotionnel unique et personnel. Il est toujours important de bien dépenser votre argent en soins de santé. Je propose un service de consultation pour vous aider à choisir et à utiliser au mieux les options de traitement disponibles. S'il vous plaît visitez votre ND local pour savoir comment bénéficier d'une consultation personnelle. Vous recevrez des recommandations pour des thérapies naturelles spécifiques, conçues pour votre état de santé unique, afin de vous aider à rétablir votre santé et à redonner aux cheveux de votre cuir chevelu toute la beauté qui leur est nécessaire.


Achetez nos produits naturels

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code